Agenda

août 2018
LMMJVSD
   1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31   
« Juil   Sep »
  • Pas d'événement

Depuis le 25 juillet 2018, l’apôtre saint Jacques a sa statue dans la Basilique Notre-Dame du Port [retour en images sur l’événement]


Jour de fête et de joie pour la paroisse Notre-Dame de Clermont pour marquer le 20e anniversaire du classement de la Basilique Notre-Dame du Port au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

 

 

En ce jour de la fête de l’apôtre saint Jacques, une statue du saint en bois de cerisier, grandeur nature, et une fontaine baptismale sont installées par la paroisse au fond de la basilique.

 

Un clic sur les images pour les agrandir.

 

 

Le Père Paul Destable, curé de la paroisse, célèbre la messe de la fête de saint Jacques.

 

 

Dans son homélie, il rappelle que l’apôtre Jacques, appelé le Majeur, fait partie des tout premiers disciples et des plus appréciés de Jésus. Avec son frère Jean, apôtre lui aussi, et Pierre, il est présent dans les épisodes les plus importants racontés par les évangiles. Tous les trois assistent à la Transfiguration de Jésus et sont témoins de son agonie au jardin des Oliviers. Jacques sera le premier apôtre à mourir en martyr, décapité à Jérusalem.

 

 

La messe est animée par la chorale et le Trio Airbag [cornemuse et musettes du Centre France].

 

 

 

À la fin de la messe, les fidèles se rendent au fond de la basilique au son d’un instrumentiste.

 

 

 

 

La bénédiction de la statue a lieu en présence de très nombreux paroissiens, de pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, de riverains de la basilique et des responsables des associations du quartier du Port.

 

Le Père Destable rappelle la genèse du projet d’installation d’une statue de saint Jacques dans ce haut lieu de l’art roman, et la souscription ouverte pour le financement de cette oeuvre. Persuadé que « ce projet rayonnera sur tout Clermont, et, au-delà, chez tous ceux qui cheminent vers Compostelle », il pense que « les paroissiens de Notre-Dame de Clermont, les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, les amoureux de l’art roman, auront à coeur de contribuer à cette réalisation et à sa dépense en participant à une souscription qui ouvre droit à une déduction fiscale ».

Puis il propose au sculpteur Alain Dumas, artiste plasticien local bien connu et qui a déjà réalisé de nombreuses œuvres à caractère religieux [dont le mobilier du choeur de la basilique et celui de la chapelle du Centre Diocésain de Pastorale], de présenter sa création.

Alain Dumas explique qu’il « a proposé un saint Jacques apôtre qui, répondant à l’appel du Christ, quitte sa famille et sa barque de pêcheur. Il est donc en mouvement : sa main gauche montre la fontaine, source d’eau vive; sa main droite est orientée vers la porte ouest et invite les pèlerins à reprendre la marche. Une coquille Saint-Jacques, dessinée à la feuille d’or, orne son vêtement. A l’arrière, un bâton, symbole de l’apôtre et du pèlerin, se dégage d’une stèle d’ardoise sur laquelle est gravé un verset offert à la méditation des visiteurs. Cette œuvre participe donc à l’accueil des touristes et pèlerins ».

 

Vient le moment tant attendu !             Après un morceau de musique du trio de cornemuses du Centre France, le Père Paul Destable demande à Florence Maréchal, animatrice en pastorale de la paroisse qui vient de parcourir le chemin de Clermont à Saint-Jacques-de-Compostelle, de dévoiler la statue aux yeux de tous … sous les acclamations de l’assistance.

 

 

Moment de recueillement lorsque le prêtre prononce solennellement l’oraison de la bénédiction: « Dieu, source de toute grâce et de toute sainteté, regarde avec bonté tes serviteurs. Nous avons placé ici cette image de saint Jacques et nous te prions. Puisqu’il est un ami du Christ et qu’il partage sa gloire, puisqu’il a été un témoin de la vie selon l’Évangile, qu’il soit notre intercesseur auprès de Toi. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur. »

 

 

Puis il asperge la statue et la fontaine avec de l’eau bénite puisée par Soeur Jean-Baptiste à la source du baptême.

 

 

 

Il invite alors le Père Bernard Lochet, vicaire général du diocèse, à s’adresser aux participants.

Écoutons-le: « C’est une joie d’avoir saint Jacques pour nous ici à Notre-Dame du Port. Saint Jacques, le premier apôtre martyr, nous rappelle que la foi s’est diffusée très vite et dans la douleur. En contemplant cette statue du saint, pensez au pays d’où il vient et à la difficulté pour beaucoup de chrétiens, et d’autres croyants, de vivre leur foi en ces lieux-là. Merci à la paroisse, à son pasteur et à notre ami Alain qui nous donne, une fois de plus, le moyen de nous tourner vers le Seigneur pour prier et méditer. »

 

 

Le Père Destable donne ensuite la parole à Bernard Quinsat, l’infatigable animateur de l’association Colportage et de la VIA ARVERNA« Je me réjouis que saint Jacques soit désormais à demeure et en grandeur nature dans Notre-Dame du Port. Cette sculpture de saint Jacques représente tout l’itinéraire, tout le voyage, vers Saint-Jacques-de-Compostelle ; elle est le clou qui arrime à la Basilique, pour au moins cent ans, VIA ARVERNA, la partie auvergnate de la route vers Saint-Jacques entre Clermont et Cahors. »

 

 

Pour clore la cérémonie, le curé invite tour à tour Jan dau Melhau, écrivain limousin de langue occitane et chanteur, et les pèlerins de Saint-Jacques-de Compostelle à interpréter des chants du pèlerinage …

… un chant en occitan,

 

… et Ultreïa, le chant des pèlerins.

Et, comme le veut la tradition, la soirée se termine avec le verre de l’amitié offert par la paroisse dans la cour de la Basilique.

 

   Ultreïa, le chant des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle

Tous les matins nous prenons le chemin,
Tous les matins nous allons plus loin,
Jour après jour, la route nous appelle,
C’est la voix de Compostelle.

Ultreïa ! Ultreïa ! Et sus eia
Deus adjuva nos !

Chemin de terre et chemin de Foi,
Voie millénaire de l’Europe,
La voie lactée de Charlemagne,
C’est le chemin de tous les jacquets.

Ultreïa ! Ultreïa ! Et sus eia
Deus adjuva nos !

Et tout là-bas au bout du continent,
Messire Jacques nous attend,
Depuis toujours son sourire fixe,
Le soleil qui meurt au Finistère.

Ultreïa ! Ultreïa ! Et sus eia
Deus adjuva nos !

Photos : © William Guyot-Lénat et Paroisse Notre-Dame de Clermont.