Agenda

août 2018
LMMJVSD
   1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31   
« Juil   Sep »
  • Pas d'événement

Le 2 février, fête de la Présentation du Seigneur : messe à 18h30 à Notre-Dame du Port, avec procession aux flambeaux


Il n’y aura pas de messe ce vendredi 2 février à Saint-Pierre-les-Minimes.

 

La Présentation du Seigneur clôture les solennités de l’Incarnation. Cette fête est aussi la Journée de la vie consacrée.

La fête de la Présentation de Jésus au Temple, aussi appelée fête de la Purification de la Vierge Marie, est plus connue sous le nom populaire de chandeleur qui signifie « fête des chandelles » en référence à la procession qui ouvre la célébration du jour.

Par ce geste, nous nous souvenons que c’est par le titre « Lumière pour éclairer les nations païennes » (Luc 2, 32), que Siméon accueille Jésus lors de la Présentation au Temple par Marie et Joseph, quarante jours après sa naissance.

Le rite – prescrit par la loi juive – de la présentation au Temple de tout garçon premier né annonçait le don de Jésus, par amour de Dieu et des hommes, et son offrande suprême sur la Croix. Aussi, cette journée est d’une importance première pour toutes les personnes consacrées qui aspirent, à l’imitation de Jésus-Christ, à tout abandonner pour marcher à sa suite. En 1997, le pape Jean-Paul II initie ce jour-là la première Journée de la vie consacrée.

 

« Lorsque les parents de Jésus ont porté l’Enfant pour accomplir les prescriptions de la Loi, Syméon, « sous l’action de l’Esprit » (Lc 2, 27), prend l’Enfant dans ses bras et commence à louer. Un cantique de bénédiction et de louange : « Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël » (Lc 2, 30-32). Non seulement Syméon a pu voir, mais il a eu aussi le privilège d’embrasser l’espérance attendue, et cela le fait exulter de joie. Son cœur se réjouit parce que Dieu habite au milieu de son peuple ; il le sent chair de sa chair. »

C’est par ces mots que le pape François entama son homélie du 2 février 2017 que nous pouvons revisiter ici.