Révision 2019 de la loi de bioéthique et position de l’Église [actualisé le 1er octobre]


« Quel monde voulons-nous ? » 
Lire l’éditorial du 1er octobre 2019 de Mgr François Kalist, archevêque de Clermont

θ θ θ θ θ

À la suite des États généraux de la bioéthique 2018 et des auditions de la commission parlementaire spéciale de révision des lois de bioéthique des dernières semaines, l’Académie de médecine s’est invitée dans le débat et a livré, le samedi 21 septembre dernier, une mise en garde : « la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure qui n’est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant. »

Le projet de loi relatif à la bioéthique est dorénavant devant l’Assemblée nationale où son examen a commencé le mardi 24 septembre.
Lire : «  Compte rendu du Conseil des ministres du 24 juillet 2019 »

De son côté, l’Église a toujours été présente aux débats qui touchent, d’une façon ou d’une autre, à la dignité de la personne humaine. « Depuis quelques décennies, une nouvelle « question sociale » a émergé en lien avec le développement des biotechnologies…  Tout en encourageant les progrès des sciences biomédicales qui ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques, l’Église nous invite à un discernement : tout ce qui est techniquement possible est-il recevable du point de vue éthique ? En d’autres termes, quelles sont les limites à fixer aux progrès de la biotechnologie ? »
Lire la suite : « Un enjeu d’humanité » , Église catholique en France.

« Sans chercher à formuler des solutions « toutes faites » à des questions aussi complexes touchant à la souffrance, l’Église propose des repères en vue d’un discernement personnel, en conscience[Il s’agit de documents qui] expriment le point de vue de l’Église et sa contribution au débat sur les différentes questions de bioéthique : la recherche sur l’embryon, l’avortement, la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui, le don d’organes, le diagnostic prénatal, etc. » 
Lire « Actualité de la bioéthique » , Église catholique en France.

Pour sa part, la Conférence des évêques de France a livré ses positions lors d’un événement au Collège des Bernardins à Paris le lundi 16 septembre. Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, responsable du groupe de travail sur la bioéthique, et Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris ont exprimé clairement leur opposition à plusieurs mesures de ce projet du gouvernement.
Lire « Loi bioéthique : soirée de présentation des positions de la Conférence des évêques de France »