Agenda

septembre 2018
LMMJVSD
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
« Août   Oct »
  • Pas d'événement

Samedi 8 septembre 2018, fête de la Nativité de la Vierge Marie : messe à 11h00 à Notre-Dame du Port


Girolamo del Pacchia , Nativité de la Vierge [1518],           Oratoire de la compagnie Saint Bernardin  à Sienne [Italie]

 

De qua natus est Jesus, qui vocatur Christus [Généalogie de Jésus-Christ, Mt. I, 16.]

Marie de laquelle naquit Jésus, qui est appelé Christ.

 

C’est de Marie qu’il nous est né un Sauveur; voilà en peu de mots, l’éloge le plus complet que l’on puisse faire de Marie. En fêtant solennellement la naissance de la Vierge Marie, l’église chante l’aurore de la rédemption, l’apparition en ce monde de celle qui devait être la mère du Sauveur.

Écoutons saint Bernard [1090-1153], Docteur de l’Église : «  … C’est donc du plus intime de nos coeurs, du fond même de nos entrailles et de tous nos voeux que nous devons honorer la vierge Marie, c’est la volonté de celui qui a voulu que tout nous vint par Marie. Oui, c’est ce qu’il a voulu, mais il ne l’a voulu que pour nous, car en toutes choses et de mille manières, elle pourvoit à nos misères, elle nous console dans nos appréhensions, elle excite notre foi, fortifie notre espérance, chasse le désespoir, et relève notre courage … » Sermon pour la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie, L’Aqueduc, nº 7.        Saint Bernard, le grand contemplatif de Clairvaux qui demandait aux peuples de «regarder l’Étoile et d’invoquer Marie» au milieu des tempêtes qui secouèrent son siècle.  Marie, écrit-il, «est la voie royale qui mène à Dieu, … l’échelle des pêcheurs, l’appui de notre confiance, la raison de notre espérance.» [Voir plus bas: méditation avec le saint].

Quelques cinq siècles plus tard, Bossuet dira : « La nativité de la sainte Vierge nous fait voir le temple vivant où se reposera le Dieu des armées, lorsqu’il viendra visiter son peuple ; elle nous fait voir le commencement de ce grand et bienheureux jour que Jésus doit bientôt faire luire au monde. Nous aurons bientôt le salut, puisque nous voyons déjà sur la terre celle qui doit y attirer le Sauveur. La malédiction de notre nature commence à se changer aujourd’hui en bénédiction et en grâce, puisque de la race d’Adam, qui était si justement condamnée, naît la bienheureuse Marie, c’est-à-dire celle de toutes les créatures qui est tout ensemble la plus chère à Dieu et la plus libérale aux hommes. Car la grandeur de la sainte Vierge est une grandeur bienfaisante, une grandeur qui se communique et qui se répand … » Oeuvres oratoires 1655-1659 – Second sermon pour le jour de la Nativité de la Sainte Vierge.

Plus près de nous, revisitons l’homélie de saint Jean Paul II du 8 septembre 1979 à Notre-Dame de Lorette: « “Ta naissance, ô Vierge Mère de Dieu, a annoncé la joie au monde entier! ” C’est aujourd’hui le jour de cette joie. Le 8 septembre, neuf mois après la fête de l’Immaculée Conception de la Mère du Fils de Dieu, l’Eglise commémore le souvenir de sa naissance. Le jour de la naissance de la Mère incite nos cœurs à se tourner vers le Fils :De toi est né le soleil de justice, le Christ notre Dieu: il a effacé la malédiction, apporté la grâce, vaincu la mort et nous a donné la vie éternelle.”[Laudes, Ant. Benedictus]Et ainsi, donc, la grande joie de l’Eglise passe du Fils sur la Mère. Le jour de sa naissance est vraiment un préambule et le “commencement d’un monde meilleur comme Paul VI l’a proclamé de manière merveilleuse. C’est pour cette raison que la liturgie d’aujourd’hui confesse et annonce que la naissance de Marie répand sa lumière sur toutes les Eglises qui sont dans le monde. »

» » Lectures de la messe du jour

 

« Le nom de la vierge était Marie. » Lc 1, 27

                           Méditation avec saint Bernard, Seconde homélie « Super Missus est », nº  17                            mise en musique par la Communauté de l’Emmanuel : « Regarde l’étoile, invoque Marie ».

« Elle est en effet la noble étoile de Jacob qui brille dans les cieux, rayonne dans les enfers, illumine le monde, échauffe les âmes bien plus que les corps, consume les vices et enflamme les vertus. Elle est belle et admirable cette étoile qui s’élève au dessus du vaste océan, qui étincelle de qualités et qui instruit par ses clartés. O vous qui flottez sur les eaux agitées de la vaste mer, et qui allez à la dérive plutôt que vous n’avancez au milieu des orages et des tempêtes, regardez cette étoile, fixez vos yeux sur elle, et vous ne serez point engloutis par les flots. Quand les fureurs de la tentation se déchaîneront contre vous, quand vous serez assaillis par les tribulations et poussés vers les écueils, regardez Marie, invoquez Marie. Quand vous gémirez dans la tourmente de l’orgueil, de l’ambition, de la médisance, et de l’envie, levez les yeux vers l’étoile, invoquez Marie. Si la colère ou l’avarice, si les tentations de la chair assaillent votre esquif, regardez Marie. Si, accablé par l’énormité de vos crimes, confus des plaies hideuses de votre cœur, épouvanté par la crainte des jugements de Dieu, vous vous sentez entraîné dans le gouffre de la tristesse et sur le bord de l’abîme du désespoir, un cri à Marie, un regard à Marie. Dans les périls, dans les angoisses, dans les perplexités, invoquez Marie, pensez à Marie. Que ce doux nom ne soit jamais loin de votre bouche, jamais loin de votre coeur ; mais pour obtenir une part à la grâce qu’il renferme, n’oubliez point les exemples qu’il vous rappelle. En suivant Marie, on ne s’égare point, en priant Marie, on ne craint pas le désespoir, en pensant à Marie, on ne se trompe point; si elle vous tient par la main, vous ne tomberez point, si elle vous protège, vous n’aurez rien à craindre, si elle vous conduit, vous ne connaîtrez point la fatigue, et si elle vous est favorable, vous êtes sûr d’arriver; vous comprendrez ainsi par votre propre expérience pourquoi il est écrit : “Le nom de la vierge était Marie. »