11 novembre 2020 – Malgré le confinement, gardons en mémoire les combattants de tous les conflits morts pour la France


Photographies d’archives – 10 novembre 2017 © Délégation militaire départementale

 

En cette année 2020, pour cause de confinement, la traditionnelle messe à la mémoire des Combattants de tous les conflits morts pour la France et pour la Paix ne pourra pas être célébrée.

Cette cérémonie du 11 novembre comprend habituellement une partie « Commémoration » qui précède la célébration de l’Eucharistie.

Vous trouverez ci-dessous les textes qui avaient été choisis pour la partie commémorative 2020 avec l’accord du Père Paul Destable, ainsi que la prière universelle proposée par un paroissien.

 

 

Pour que vive la France

Ainsi, toujours poussés vers une étrange quête
Nos pères s’en allaient-ils bravant la destinée,
Tantôt l’air abattu par le poids des conquêtes,
Tantôt l’air guilleret de leurs jeunes années.

Sur les champs de bataille, côtoyant la laideur,
Ils connaissaient la vie et ses plus tristes heures.
Pas un ne regrettait mais tous avaient au cœur
Ce que signifiait mourir au champ d’honneur.

Du plateau de Pratzen où la brume se fane,
Des tranchées de Verdun aux rizières du Tonquin,
Par-delà le Djebel et les vallées afghanes,
La souffrance et la peur étaient leur quotidien.

Mais pour que vive la France et la gloire de son nom,
Ils portèrent au front son prestigieux emblème,
Et subissant l’affront jusqu’à celui suprême,
Ils tombèrent en héros sous le feu des canons.

Les yeux levés au ciel implorant le pardon,
Leurs corps meurtris exhibaient une douleur extrême,
Et dans l’ultime soupir sur leurs visages blêmes,
Leurs lèvres murmuraient ce cantique moribond :

« Oh tendre France, douce gardienne de mon Baptême,
Prenez ici ma vie, je vous en fais le don,
Veillez sur ma famille et tous les gens que j’aime,
Et rendez, je vous prie, mon sacrifice fécond… »        » Pour télécharger↗︎

Composé en 2014 à l’École Militaire de Saint-Cyr
[École des officiers de l’Armée de terre]
Capitaine Clément Frison-Roche [1991-2019]
Mort en opérations au Mali – Opération BARKHANE
le 26 novembre 2019 à 28 ans


Chant de la compassion

Stabat Mater dolorosa

L’heure m’éveille. Il est minuit…
Mon Dieu, peut-être cette nuit,
Mon fils à cette heure est mort.

Il gît peut-être pour toujours
Dans sa souffrance sans secours
Pendant que sa mère dort.

Il gît dans ses habits sanglants
Quand chez nous il a des draps blancs
Et son lit pour y guérir.

Il meurt tout seul pendant qu’il a
Dans sa maison moi que voilà,
Sa mère, pour le chérir.

Que dirai-je?… Mon cher petit,
C’est pour mourir qu’il est parti,
Pour mourir je l’ai donné…            » Lire la suite↗︎

Marie-Noël [Marie Rouget]
Deux chants de guerre [dans Les chants de la Merci, 1930]


Poème envoyé par Claire à Raymond
Le 28 mai 1918

Vers mon Raymond bien aimé,
s’envolent toutes mes pensées.
C’est ta fiancée de cœur
Qui te souhaite du bonheur.

Dans toutes mes pieuses prières
J’invoque du ciel notre Mère
Afin qu’elle daigne te protéger
Et créer un doux foyer.

J’espère qu’à genoux chaque soir
Près de moi pourrait te voir
Afin de bien remercier Celui
Qui te protège et rendit
À ta Claire qui t’aime.


Chant de la passion

Aux morts de la Marne [Chanson populaire]

La Passion de Jésus-Christ,
Il est bon de l’entendre.
Quatre apôtres en ont écrit
Pour nous la faire apprendre.

La Passion de nos petits,
Qui nous la pourra dire?
De nos petits qui sont partis
Pour souffrir le martyre?

Ils ont quitté chacun leur toit,
Leur terre et, tête nue,
Ils ont pris le chemin tout droit
De la mort inconnue.

Ils ont laissé d’un coeur soumis,
Leurs vieux, leurs gars, leur femme,
Pour aller chez les ennemis
Se faire arracher l’âme…                   » Lire la suite↗︎

Marie-Noël [Marie Rouget]
Deux chants de guerre [dans Les chants de la Merci, 1930]


Prière universelle

Pour les morts au champ d’honneur de toutes les guerres et des conflits,
qui, animés d’un sens du devoir et d’un courage exemplaires, ont été jusqu’au sacrifice suprême en donnant leur vie avec dévouement pour notre patrie,
qu’ils reposent dans la paix du corps et de l’âme auprès de Notre Seigneur et que ceux qui leur sont chers trouvent dans l’épreuve force et consolation pour sécher leurs larmes auprès du doux Cœur Immaculé de Marie.
Dans l’Espérance de la Résurrection, prions le Seigneur !

Pour tous les blessés et mutilés,
qui ont tant souffert ou qui souffrent encore dans leur chair,
supportant chaque jour les stigmates de leurs blessures reçues dans l’accomplissement de leur devoir,
qu’avec le soutien de ceux qui les entourent, Notre Seigneur leur apporte Foi et Espérance,
qu’ils trouvent patience dans l’épreuve et soulagement dans leurs souffrances auprès du doux Cœur miséricordieux de Marie.
Dans l’Espérance de la Vie éternelle, prions le Seigneur !

Pour les combattants d’aujourd’hui,
présents sur tous les théâtres d’opérations, parfois dans l’indifférence ou l’oubli de leurs concitoyens, mais qui, à l’exemple de leurs Anciens, sont toujours prêts au don total d’eux-mêmes jusqu’au sacrifice de leur vie,
que Notre Seigneur leur donne le « courage dans la bataille et une force joyeuse dans les fatigues », qu’Il les délivre et les protège de tous les dangers,
et que le doux Cœur maternel de Marie veille sur leur famille et ceux qui leur sont chers.
Avec le secours de saint Michel, Prince des anges, prions le Seigneur !
. . .                                                                       » Suite de la prière universelle↗︎                                                           


Prière pour les morts de la guerre

Seigneur, Dieu de bonté et de miséricorde,
qui nous avez envoyé votre Fils Jésus-Christ
pour nous apporter le Salut de la vie,
ayez pitié de tous nos frères,
que vous avez appelés à vous dans les circonstances tragiques de la guerre !

Nous vous prions pour ceux qui vous ont connu, aimé et servi :
donnez-leur ce que, dans toute la force de leur espérance chrétienne,
ils ont tant désiré durant leur séjour ici-bas.

Nous vous prions pour ceux qui ne vous ont point connu,
mais qui vous ont cherché toute leur vie dans,
l’inquiétude et l’angoisse de leur âme,
et qui ne vous ont trouvé que dans la mort.

Nous vous prions enfin pour ceux qui ne vous ont ni connu,
ni même cherché, et que, cependant, vous n’avez cessé d’aimer.
Ils vous ont quand même servi
en faisant loyalement et courageusement leur
devoir jusqu’à l’ultime sacrifice.

Ayez pitié, Seigneur, des uns et des autres !
Ils sont tous vos enfants.
Donnez-leur à tous la vie éternelle dans la lumière et la paix.