« Être des fils libres, des artisans de paix, des messagers de la Bonne Nouvelle », homélie du Père Paul Destable du 1er janvier 2021


Saint Paul prêchant aux païens – Première Bible de Charles le Chauve ou Bible de Vivien, vers 840 – BNF, Paris

 

Homélie donnée à Notre-Dame du Port
lors de la messe de la Solennité de Marie, Mère de Dieu 

 

 

Homélie du 1er janvier 2021

                Depuis bientôt un an nous devons vivre sans être sûrs du lendemain et c’est dans ce brouillard que nous sommes appelés à échanger des vœux. Dans ce contexte il est sans doute plus nécessaire que jamais de distinguer ce qui est urgent et ce qui est important. Évidemment il nous faut tenir les deux.

           Il y a des urgences qui s’imposent et qui sont à assumer : respecter les règles sanitaires, adapter notre vie économique et sociale, développer de nouvelles façons d’étudier ou de travailler. Il est de notre responsabilité de chrétien et de citoyen d’assurer ces urgences mais cela ne doit pas occulter ce qui est important. 

              Dans cette période difficile et parfois inquiétante, je nous propose de fonder les vœux que nous échangeons sur la parole de Dieu plutôt que sur nos désirs ou nos projets. Les vœux enracinés dans la confiance envers le Christ se conjuguent de préférence avec le verbe être plutôt qu’avec les verbes avoir ou paraître.

                 Être des fils libres. Saint Paul écrit aux Galates «Tu n’es plus esclave mais fils». Ce que le Seigneur souhaite voir grandir en nous c’est l’esprit filial. Par Jésus, Dieu nous a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. Cette vocation demeure la nôtre quelles que soient les circonstances. Cette vocation de fils ou de fille de Dieu est toujours un passage de l’esclavage à la liberté. Le salut fait de nous des femmes et des hommes libres, c’est-à-dire libérés pour aimer. Lorsque les situations humaines deviennent plus complexes et donc plus excluantes pour les plus pauvres, il est important d’être plus créatifs et plus généreux pour aider les personnes les plus éprouvées. Notre foi est inséparable de l’attachement à la liberté, car le salut est une libération. Durant cette période difficile nous avons à être particulièrement vigilants en ce qui concerne la liberté de conscience et la liberté de célébrer sa religion.

                Être des artisans de paix. Dans le livre des Nombres, il est écrit : « Que le Seigneur tourne vers toi son visage et qu’il t’apporte la paix. » Ce qui est nécessaire à tout moment de notre vie l’est plus encore dans une période marquée par l’incertitude. Il nous faut être des artisans de paix en ne nous laissant pas prendre au jeu des agressivités qui surgissent facilement ces temps-ci. Les réseaux sociaux sont parfois des amplificateurs de la haine. Comment ne pas en être les complices ? La paix que nous nous souhaitons c’est bien sûr la résolution des conflits et l’arrêt des guerres mais plus encore c’est de voir le visage du Seigneur. La paix que le Christ donne c’est l’harmonie dans la relation avec lui, avec les autres et avec soi-même. Que le Seigneur nous donne cette paix intérieure chaque jour de cette nouvelle année.

                  Être des messagers de la Bonne Nouvelle. Dans l’Évangile, les bergers sont les premiers messagers de l’Evangile. « Les bergers racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. » Depuis un an nous voulons ouvrir notre paroisse à la question : qui annoncera l’Évangile demain à Clermont ? Nous pouvons actualiser la question en disant : qui va annoncer l’Évangile cette année à Clermont ? C’est nous qui avons été choisis comme disciples/missionnaires par le Christ. Dans la situation actuelle le service de l’Évangélisation passera encore plus par notre façon d’être que par nos discours. Une situation de crise fait remonter en surface le meilleur et le pire de la nature humaine. Prions pour que notre foi personnelle et notre vie en Église nous permettent de faire remonter le meilleur qui est bien nécessaire actuellement : la générosité, le fait de prendre soin les uns des autres, le développement de la douceur et de la bienveillance dans nos relations et nos échanges. Nous serons témoins de l’Évangile en devenant nous-mêmes bonne nouvelle grâce à la foi qui nous fait tenir le coup au cœur des épreuves.

             Demandons à Notre-Dame du Port de nous conduire à bon port. Plus il y a de brouillard et d’intempéries, plus il est important de consulter sa boussole. Seigneur, tu es le chemin, la vérité et la vie, sois cette boussole qui nous permettra de tenir debout et confiants, que ton visage s’éclaire et nous serons sauvés.

Père Paul Destable

 

θ θ θ θ θ

Le traditionnel échange de voeux qui suit la messe de cette fête ne pouvait avoir lieu cette année.
Aussi, au moment de la prière universelle des lumignons ont été distribués aux fidèles qui étaient invités à les lever lors du refrain, pour symboliser la « lumière » offerte aux personnes auxquelles ils ont pu présenter des voeux depuis la veille au soir.
Ces lumignons ont ensuite été placés devant l’autel pour la liturgie eucharistique