Jeudi 25 mars 2021 : Solennité de l’Annonciation du Seigneur : messe à 8 h et 12 h 15


Photographie © Paroisse Notre-Dame du Port

 

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus. » Lc 1, 31

 


Messe de la Solennité
     8 h Cathédrale
     12 h 15 Notre-Dame du Port
     12 h 15 Saint-Pierre-les-Minimes

 

Le 25 mars l’Église fête celle en qui le Verbe s’est chair. Cette fête est très ancienne : son institution remonte au Ve siècle, à la suite du concile d’Éphèse [431]. Ce fut l’occasion pour détacher la fête de l’Annonciation de la Nativité de Notre-Seigneur et de lui donner une place à part dans le cycle liturgique : on la trouve dans le Sacramentaire de saint Gélase 1er à la fin du Ve siècle.

L’admirable récit de l’Annonciation de saint Luc dans son évangile  constitue le thème central de la messe de ce jour. Il est préparé par la célèbre prophétie dans laquelle Isaïe annonce la sublime merveille qui s’accomplit: « Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel, car Dieu est avec nous. » [Première Lecture du jour].

Le mystère de l’Incarnation a valu à Marie son plus beau titre de gloire, celui de Mère de Dieu↗︎ [que nous avons fêté le 1er janvier].

» Trouver ici les lectures du jour↗︎

θ θ θ θ θ

Le récit évangélique de l’Annonciation a inspiré les artistes chrétiens de tous les âges. « Quel sujet plus gracieux et plus pur convenait mieux aux méditations du génie et de la foi ? Une jeune vierge en prière dans une cellule close et retirée ; l’ange qui descend du ciel, député de Dieu lui-même, une tige de lis à la main ; le calme de cette heure mystérieuse qui doit changer les destinées du monde ; la virginale réserve de Marie, le respect de l’ange devant sa souveraine : tout dans cette scène commande le respect et l’admiration. » Source : Les Fêtes Chrétiennes par l’Abbé Pradier, 1891

Mosaïque de Pietro Cavallini, 1291 – Basilique Sainte-Marie-du-Trastevere, Rome – Domaine public

Polyptyque de Lorenzo Veneziano, 1357 – Galeries de l’Académie de Venise – Domaine public

Enluminure – Heures à l’usage de Rome [fin XVe s.] – BM-Angers © enluminures.culture.fr

 

Les deux prières les plus répandues après le Notre-Père ont pour origine le mystère de l’Annonciation : le Je vous salue Marie et l’Angélus.

Cette dernière est récitée trois fois par jour le matin, à midi et le soir au son des cloches pour célébrer « l’Épouse du Cantique » parce qu’elle est «douce comme l’aurore à son lever, resplendissante comme le soleil en son midi et belle comme la lune au reflet argenté. »
Dom Guéranger – L’Année Liturgique.

 

L’Angélus de Jean-François Millet, 1859