« La foi est un élan » : l’éditorial du Père Paul Destable du 19 octobre 2020


 

 

La foi est un élan.

            Je voudrais rendre grâce à Dieu car en septembre et octobre nous avons pu vivre, dans notre paroisse, les célébrations qui avaient dû être reportées à cause du confinement : baptême de 7 adultes et 12 jeunes en âge de scolarité, confirmation de 30 jeunes et adultes, professions de foi de 105 jeunes et premières communions de 110 enfants [en divers groupes].

              La foi a été plus forte que les obstacles. C’est d’abord et avant tout la foi de ceux qui demandaient à vivre ces célébrations, ils ont persévéré dans leur demande après avoir été déçus de l’ajournement. Je pense en particulier aux adultes qui auraient dû être baptisés à Pâques et qui ont dû patienter pendant 5 mois. C’est aussi la foi des catéchistes ou accompagnateurs qui, bien souvent, ont dû assurer une double présence durant ce temps de relance de l’année pastorale. C’est bien sûr la foi des familles qui ont fait confiance et qui ont su adapter la façon de vivre la fête familiale.

           Nous n’avons pas voulu reporter d’un an la célébration de ces sacrements, nous n’avons pas non plus sauvé un planning ou une organisation, mais nous nous sommes donné mutuellement un témoignage de fidélité, de prière partagée, de courage et aussi d’ingéniosité ; nous avons, par exemple, été amenés à dédoubler une célébration. Nous en avons grandement besoin dans la période éprouvante que nous vivons. J’ai le sentiment que ces célébrations et leurs préparations ont été vécues avec plus d’intériorité que d’habitude.

                À l’heure où j’écris cet éditorial, nous pensons tous à l’assassinat de Samuel Paty. Le fanatisme a déjà tué des journalistes, des militaires, des policiers, un prêtre et maintenant un enseignant. Le fanatisme est le contraire de la foi, il n’est pas un élan vers Dieu ; le fanatique voudrait s’accaparer Dieu pour justifier sa haine. Afin de lutter contre cette menace, il y a des actions qui relèvent des responsables politiques, de la police, de la justice, de l’éducation. Mais il nous appartient à tous d’apporter notre contribution en luttant contre l’ignorance religieuse, la perversion, le repli sur soi et l’entre soi. Que cet horrible acte barbare n’arrête pas nos efforts pour éduquer à la fraternité et au respect des différences culturelles et religieuses.

                  L’élan de notre foi s’enracine dans la Passion du Christ plus forte que la haine.                 

Père Paul Destable
19 octobre 2020