L’éditorial du Dimanche de la Santé, 7 février 2021


Guérison de la belle-mère de Pierre – John Bridges, 1839 – Birmingham Muséum of Art – Domaine public

 

Sous l’inspiration des papes Jean-Paul II et François…

          En cette journée des malades, appelée par extension dimanche de la santé, l’Évangile nous dit de Jésus : « la ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteint de toutes sortes de maladies. » C’est un exemple de la sollicitude que Jésus a toujours manifestée pour les malades durant sa vie publique.

         La maladie et la souffrance bouleversent de nombreuses vies. Pour honorer et soutenir les malades et encourager les soignants le pape Jean Paul II, lui-même atteint par la maladie de parkinson, a institué en 1992 une journée mondiale consacrée aux malades. À sa suite, le pape François nous dit que cette journée est un moment propice pour réserver une attention spéciale aux personnes malades et à ceux qui les assistent, aussi bien dans les lieux dédiés aux soins, qu’au sein des familles et des communautés. L’expérience de la maladie nous fait sentir notre vulnérabilité et en même temps le besoin inné de l’autre. Pour tous ceux qui accompagnent les malades le pape insiste sur la relation de confiance à la base du soin : « cette relation avec la personne malade trouve précisément une source inépuisable de motivation et de force dans la charité du Christ ». Le pape François rappelle également qu’une société est d’autant plus humaine qu’elle prend soin de ses membres fragiles et souffrants. Il conclut en souhaitant que personne ne se sente seul, que personne ne se sente exclu ni abandonné.

          Confions à Marie, mère de miséricorde et santé des malades, tous ceux qui souffrent et tous ceux qui se dévouent à leurs côtés.

                                                                                                           Père Alain Duron