Les obsèques du Père François Fabre ont été célébrées le 28 juillet 2020 en la chapelle de la Miséricorde à Billom


Photographie d’archives, 2016 © WebTV Diocèse de Clermont

 

 

L’accueil du Père Jacques Vignancour

        Ce n’est pas sans émotion que nous nous rassemblons, ce matin, autour du Père François Fabre en ce dernier instant de sa présence parmi nous. François était un homme plutôt discret sur lui-même. Il se mettait rarement en avant, et pourtant il a eu une grande présence auprès de ceux qui l’ont connu mais aussi dans la vie du diocèse. Pour vous sa famille et pour tous ceux qui l’ont rencontré au cours de ses 67 années de ministère, la peine que nous ressentons devant sa mort exprime la profondeur des liens qui nous unissent. Alors, comment ce matin ne pas éprouver aussi un sentiment de reconnaissance pour la fécondité de la vie de François.

Bon connaisseur de l’histoire de l’église diocésaine, François savait apporter, en quelques phrases bien frappées, beaucoup de réalisme et de confiance dans les réunions ou les débats auxquels il participait. Par les responsabilités qui lui ont été confiées, il a été particulièrement associé à la mise en œuvre des orientations pastorales qui ont accompagné la vie de notre église diocésaine après le concile Vatican II. La connaissance de la vie des personnes qu’il avait acquise tout au long des différentes missions qui ont été les siennes, lui a été précieuse pour soutenir avec force et opiniâtreté les transformations nécessaires dans l’organisation du diocèse et la mise en place des diverses équipes de laïcs en responsabilité dans les paroisses.

Si François Fabre a eu de nombreuses responsabilités au plan diocésain, c’est au contact de la vie paroissiale qu’il  commence son ministère en 1953 au service de la paroisse de Thiers comme vicaire pendant dix ans. Puis il est nommé en 1963 aumônier des écoles Michelin. Pendant dix ans il s’investit dans la Pastorale scolaire et en prend la responsabilité en 1968, tout en étant aumônier diocésain de la JEC et aumônier des équipes enseignantes. En 1973, il se retrouve de nouveau en paroisse pour une période de dix ans comme curé de la paroisse Notre-Dame du Port. Il est nommé en même temps doyen de Clermont et en 1980 vicaire épiscopal de la zone Clermont-Riom.

En 1983, Mgr Dardel le prend comme vicaire général, charge qu’il accomplit avec beaucoup de disponibilité jusqu’en 1993. Étant en même temps directeur du centre diocésain, situé à l’époque rue Sidoine Apollinaire, il est présent à la vie de nombreux mouvements et accompagnera de nombreuses équipes notamment en ACI et aux équipes Notre-Dame.

Pendant les années où il est Vicaire Général aux côtés du Père Dardel, François Fabre se donne pleinement au service du diocèse. Disponible pour accomplir les nombreuses tâches qui lui sont confiées, très fraternel avec les prêtres, accueillant à l’éclosion du diaconat permanent, soucieux de soutenir les laïcs en responsabilité, il est très présent à toute la vie du diocèse. Il ne plaint pas sa peine pour aller dans tous les coins du département aider, soutenir, faire réfléchir. Tout cela, il l’accomplit avec beaucoup d’humanité et de profondeur spirituelle, même si parfois il lui arrive de l’exprimer en râlant un bon coup comme il aimait le faire. François a toujours su garder une grande simplicité dans ses rapports avec les autres. Nommé prélat d’honneur de sa sainteté, il reste pour tous le Père Fabre.

A la fin de sa mission de Vicaire Général, Mgr Dardel, puis Mgr Simon continuent de lui confier des responsabilités diocésaines.  En 1992 il est nommé directeur des pèlerinages et aumônier de l’hospitalité avec laquelle il noue un lien très fort. En 1993, il est nommé chancelier et responsable épiscopal du temporel. Il le restera jusqu’en 2003. En même temps, il est responsable épiscopal à la vie religieuse et administrateur de la paroisse d’Orcet.

En 1996, Mgr Simon le nomme chanoine titulaire et archiprêtre de la Cathédrale.  En 2003 le poids des ans se faisant sentir, François Fabre se retire à l’Hermitage à Chamalières où il assure l’aumônerie des sœurs Notre-Dame de l’Assomption. En 2018 sa santé l’oblige à entrer à l’EHPAD la Miséricorde à Billom où il décède à l’âge de 93 ans.

Ce matin, beaucoup de ceux qui auraient aimé être là pour accompagner le Père Fabre et entourer sa famille ne peuvent être présents à cause des conditions sanitaires ou de la dispersion des vacances. Avec eux et en communion avec la délégation du diocèse réunie ce matin à Lourdes pour l’ouverture du pèlerinage diocésain, nous confions  François Fabre à Dieu au service de qui François a donné le meilleur de lui-même. Que la foi et l’espérance en Dieu qui est amour dont il a témoigné continue de nous soutenir.

Père Jacques Vignancour
Prêtre intervenant
Ancien Vicaire général du diocèse de Clermont